SOLFIA
Les solutions de financement pour les associations

BESOINS ET SOLUTIONS DE FINANCEMENT
PARTENAIRES FINANCIERS


ACCOMPAGNEMENT
OUTILS

SOLFIA > Quelles solutions pour quels besoins de financement ? > Financer son projet

Comment financer ses activités ?

(du 31/01/2007)
Les besoins liés au projet génèrent des charges de fonctionnement. Il faut toujours que vous veilliez à bien affecter les ressources et les charges liées au fonctionnement (gestion courante de l’association), pour évaluer au plus près vos besoins. Pour financer vos activités, vous disposez de plusieurs types de ressources et solutions de financement, à la fois en interne et en externe.

Avant toute chose, le prévisionnel

Une fois définis les contours du projet, il vous reste à en imaginer les modalités pratiques. Une étude de faisabilité (ou de marché…) permet d’estimer ses implications concrètes, financières notamment, et de les confronter à la réalité. C’est ici qu’intervient le budget prévisionnel.

Quelles questions se poser au préalable ?

Si les associations parviennent en général à bien évaluer les charges liées au projet, elles n’ont pas toujours le réflexe de les relier au cycle d’exploitation (aux besoins en financement courant), autrement dit d’appréhender globalement leurs besoins de financement. Les questions à se poser avant de bâtir le prévisionnel sont donc de deux ordres. Elles concernent :

  • les besoins de financement strictement induits par le projet,
  • les besoins de financement liés à l’impact sur el cycle d’exploitation et, par conséquent, sur les besoins en fonds de roulement.

Questionnez les besoins de financement strictement induits par le projet

  • Quels sont les destinataires de l’activité de votre association et combien sont-ils sur votre territoire d’intervention (ce qui vous permettra de fixer un prix et/ou une limite à l’envergure de votre projet) ?
  • D’autres structures, associatives ou non, proposent-elles déjà ce type d’activités (inutile de prendre en charge un besoin déjà largement couvert) ?
  • Y a-t-il des besoins locaux qui ne sont pas pris en charge par les collectivités publiques alors qu’ils s’avèrent indispensables (ce qui pourrait vous assurer leur concours financier) ?
  • Votre projet demande-t-il des équipements ou du matériel spécifiques, ou des salariés présentant des compétences particulières (toutes choses qui auront un coût à évaluer) ?

Questionnez l’impact de vos besoins de financement liés au projet sur vos besoins en financement courant

  • Si votre projet demande des équipements spécifiques, quelle durée de vie peut-on leur attribuer (sur combien d’années peut-on les amortir) ?
  • Si votre projet demande des salariés supplémentaires, sur combien de temps doivent-ils être engagés (sur combien de temps les charges liées au salaire doivent-elles être prises en compte) ? Peuvent-ils être affectés à d’autres tâches (et les charges liées au salaire ventilées) ?
  • Quels partenariats peuvent être envisagés (qui permettent des économies d’échelle, une réduction des coûts, un apport de fonds…) ?
  • Sur quelles ressources matérielles, financières, humaines pouvez-vous d’ores et déjà vous appuyer (qu’il vous faudra donc ventiler entre charges liés au projet et charges liées au fonctionnement) ?
  • Vos activités sont-elles ponctuelles ou tendent-elles à devenir récurrentes (et dans ce cas, comment assurer leur pérennité) ?

Une fois listés vos attentes, vos ressources et vos besoins, vous pourrez établir votre budget prévisionnel.

Ventilez vos besoins

Il ne sert à rien de charger la barque des coûts de fonctionnement pour alléger ceux du projet, car au bout du compte, il faudra bien payer. On ne peut que vous conseiller d’évaluer au plus juste ce qui relève du fonctionnement courant et régulier de l’association, de ce qui relève d’un projet particulier. Cette démarche peut paraître fastidieuse, mais elle est essentielle pour bien monter son budget prévisionnel et demander les aides adéquates. Par exemple, si votre local sert à la fois à l’administration courante (voire aux AG, CA, etc.), mais aussi à l’accueil du public concerné par votre projet, il faut ventiler les charges entre les deux utilisations. Idem pour le personnel salarié.

Où trouver les ressources pour financer vos activités ?

  • Dons, cotisations, apports : les ressources « originelles »
    Ce sont souvent les premières ressources disponibles et elles permettent de former le fonds associatif.
  • Les activités commerciales
    Si les associations sont des organismes à but non lucratif, elles peuvent néanmoins exercer des activités commerciales, pour peu que ces activités restent accessoires et que les bénéfices dégagés soient entièrement réinvestis dans le projet. Pour éviter d’être soumis aux impôts commerciaux sur l’ensemble de vos activités, pensez à sectoriser la part lucrative. Une filialisation peut également être envisagée.
  • Les recettes exonérées des 6 manifestations annuelles
    Les recettes dégagées lors de ces manifestations sont entièrement exonérées des impôts commerciaux. Elles n’engendreront donc aucune charge fiscale. Mais leur nombre est limité et dans bien des cas, les recettes générées ne constitueront qu’une part infime de vos besoins de financement.
  • Fondations, mécénat, parrainage : impliquer des partenaires privés
    C’est une des sources de financement privé… pour peu que l’on sache valoriser et « vendre » les activités de l’association… ou les avantages fiscaux pour les généreux donateurs.
  • Subventions
    C’est la ressource à laquelle les associations pensent en premier lieu… et pour cause, les partenaires publics restent des bailleurs importants des activités associatives.
Le répertoire des solutions de financement - CNAR Financement
La tarification - fiches pratiques de gestion du CNAR Social, Médico-social et Santé
fiche gestion produite par le CNAR Social, Médico-social et Santé sur la tarifiaction liée à la loi 2002-2
 
 
 
 
MENTIONS LEGALES - CREDITS - CONTACTS - PLAN DU SITE