SOLFIA
Les solutions de financement pour les associations

BESOINS ET SOLUTIONS DE FINANCEMENT
PARTENAIRES FINANCIERS


ACCOMPAGNEMENT
OUTILS

SOLFIA > Qui sont les partenaires financiers ? > Partenaires financiers bancaires

La banque, comment ça marche et à quoi ca sert ?

(du 30/08/2006)
L’activité bancaire est très encadrée afin d’assurer la confiance des acteurs économiques et la sécurité des épargnants. Ce qui entraîne des contraintes pour l’établissement bancaire. De l’autre côté, l’association a elle-même des obligations et des attentes. Chaque partie doit donc prendre en compte ces considérations et comprendre le fonctionnement de l’autre pour instaurer un partenariat équilibré.

La banque, un partenaire « à vie » de l’association

  • Ouverture du compte : la deuxième formalité associative
    Après la déclaration en préfecture, l’ouverture d’un compte bancaire est souvent la deuxième formalité dont s’acquitte l’association. Dès lors que votre activité génère des flux financiers (ne serait-ce que des cotisations, et à plus forte raison si vous employez du personnel salarié), vous aurez besoin d’un compte bancaire.
  • Un partenariat à étudier
    Par la suite, la banque est un partenaire offrant des services financiers ou extra financiers tout au long de la vie de l’association depuis la simple gestion du compte à vue jusqu’aux crédits, en passant par les placements. Le recours à ces services nécessite un examen approfondi des offres, de leurs conditions et de leurs implications pour la structure et ses dirigeants.

Avant toute chose, il faut construire une relation équilibrée fondée sur une confiance et une transparence mutuelles. La banque n’est pas un fournisseur comme un autre ; ses relations avec l’association s’inscrivent dans la durée (plus encore si des crédits sont en jeu…).

Un fonctionnement lié à des risques et procédures

  • Prenez en compte les modalités de fonctionnement de la banque
    Pour construire une relation de confiance avec son interlocuteur bancaire et comprendre ses décisions, il est important de bien cerner les modalités de leur fonctionnement. Elles évoluent en effet dans un environnement réglementaire très strict et un environnement concurrentiel très dynamique qui ne peuvent qu’avoir des répercussions sur vos interlocuteurs bancaires.
  • Procédures, risques… : demandez des explications à votre chargé de clientèle
    Votre chargé de clientèle devra ainsi concilier ses obligations en matière d’application des procédures et de contrôle des risques, avec des objectifs de développement de son activité commerciale et de la rentabilité de son portefeuille.

Le secteur bancaire et les associations

  • Pensez aux « banques associatives »
    Toutes les banques peuvent accueillir un client associatif. Toutefois, certaines d’entre elles font de cette clientèle un axe commercial important. Cela peut les amener à définir des produits spécifiquement dédiés aux associations ou à mettre à disposition de leurs clients associatifs des chargés de clientèle spécialisés. Plusieurs banques ont mis en place des actions d’information ou des espaces spécifiques sur leurs sites. En particulier, le Crédit Mutuel avec associathèque, la Caisse d’Epargne avec Associatis ou la Banque Postale avec asso&co.
  • Informez-vous sur les accords passés entre réseaux associatifs et banques
    Enfin, plusieurs réseaux associatifs ou fédérations ont passé des accords avec un ou plusieurs établissements de crédit, ce qui marque leur volonté de développer une offre et des conditions adaptées aux adhérents.
 
 
 
 
MENTIONS LEGALES - CREDITS - CONTACTS - PLAN DU SITE